Il y a pire encore

Publié le par aline27

Hier, une jeune femme m'a écrit "j'en ai marre de lutter, à quoi sert la vie? Pourquoi se battre?"
De lire un tel message m'a plus qu'interpellé, j'ai compris sa souffrance, son mal être et j'ai eu mal pour elle....
Quoi répondre ? il y a beaucoup à dire et je n'y manquerai pas mais sera-t-elle en mesure de l'entendre?
Lorsque l'on est si malheureux, plus rien n'a d'importance , on n'entend plus rien que ce qui nous ronge....
Et j'ai réalisé une fois de plus que j'avais une immense chance et que tous ces coeurs meurtris sont bien plus difficiles à soigner que toutes nos maladies dites incurables.
Nous, nous savons pourquoi nous nous battons, pour ce plus grand enjeu: celui de sortir vainqueur de cette maladie .
Et c'est payant, combien d'exemples pourrions nous citer ?  de nombreux , depuis que je fréquente ces milieux, je puis vous assurer que tous ces malades qui se battent sont en grande partie "récompensés", se battre est payant , car la guérison bien souvent en découle .
Nous luttons parce que nous aimons la vie .
Chaque matin,, je remercie Dieu de m'avoir  donné la vie , ce don si précieux  et j'essaie de la gaspiller le moins possible .Il y a tellement de choses à faire sur cette terre, qu'une vie ne suffit pas!!!!!!!!!!!!!!
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
comme je te le dis sur un com, je n'avais pas l'impression de me battre.. j'avais l'impression que mon corps était en guerre et mon esprit ailleurs.. <br /> J'ai compris par la suite, que j'étais perdue.. <br /> Tu sais, il y a toujours pire, mais il faut prendre soins de soi.. ne pas se dire que cette maladie ce n'est rien.. c'est grave.. c'est angoissant.. c'est plein de questions.. c'est uen épreuve, un bouleversement.. un effondrement aussi.. alors, sans s'apesantir sur son sort, je pense qu'il faut considérer cette maladie comme grave.. ne pas comparer avec les luttes des autres.. facile à dire... <br /> que si cela s'avérait utile.. <br /> il vaut mieux écrire, ou en parler, que de ne rien dire, car j'en étais arrivé à ce stade.. après.. je ne voulais plus vivre... j'étais épuisée... et puis tu vois, j'ai rencontré un médecin... un vrai psy.. et il m'a sauvé la vie, car sans lui, je ne serai plus de ce monde surtout avec histoire de l'Inspection académique (le livre qui va sortir chez l'harmattan).. Là, c'était la fin.. et puis tu vois, comment on peut renaître, revivre.. se dire que la vie vaut le coup d'être vécue jusqu'au bout... que d'écrire cela fait vivre... et partager nos expériences est une grande richesse.. <br /> bisous bisous <br /> clem
Répondre