fin de l'histoire

Publié le par aline27

Mon récit sur l'année passée se terminera bientôt , c'était mon vécu, je n'en rajouterai pas 
Mais avant de parler d'autre chose,j'aimerais vous dire ou vous redire ,  que ces différentes étapes ne s'oublient pas , elles font partie de nous .
Même si par gentillesse, on veut nous faire admettre que tout va bien,  que c'est fini,   que  c'est une mauvaise maladie, qu'il faut être vigilant, un point c'est tout .
 C'est vrai .... Mais  .... On en a marre d'entendre toujours ces mêmes réflexions...
Il faut savoir qu'il nous faut un temps d'adaption à ce "statut", je le redis, cancer ôté n'est pas cancer terminé ....
mais on se bat, là n'est pas la question et on y croit . Mais nous avons des étapes à passer:

Entre l'annonce de la maladie, l'opération, la chimio, les rayons .... après nous sommes, il faut le reconnaître plus fragilisées, les traitements nous ont beaucoup fatiguées... Je ne me suis jamais autant senti fragile nerveusement qu'à cette période, où les nerfs craquent plus ou moins, et je n'ai rien pris comme à l'habitude , ne voulant pas être dépendante... orgueil ? sottise? de toute façon, je m'en suis sortie et c'est l'essentiel.

Période où l'on pense que la réintégration est acquise , j'en ai fait un test lorsque je suis allée en vacances, voyage organisé à la fin de l'été... parce que je venais de quitter la perruque, les cheveux étant à 2cm environ, on se doutait de quelque chose, gêne pour certains et pour d'autres , plaisir de minimiser ce que je pouvais ressentir , une femme rencontrée sur la plage, qui pourtant elle aussi avait eu le cancer du sein, mais non l'ablation et le curage axillaire m'a dit qu'il fallait arrêter de parler de soi ....( je ne lui avais simplement précisé que j'étais en arrêt parce que ,opérée du sein et que le bras gauche m'était douloureux !!!!)La sottise existera toujours je le sais  mais de la part d'une ancienne ???

Puis le moment où l'on se sent repartir, enfin délivrée, mon journal,  le blog m'y a aidé énormément;
Ce qui va m'aider aussi c'est de ne plus fréquenter cet hopital de jour , où toutes les rechutes sont là.
Il ne faut pas se croire trop forte ,on est toujours sensible, il suffit d'un mot , d'une réflexion, même si on est fort, si on veut être fort, si c'est notre tempérament on n'est pas surhumain....
Mais il faut se battre coûte que coûte ....

Moi j'ai la chance d'être entourée, de pouvoir écrire,
Mais celles qui sont seules, la dame âgée rencontrée hier et tant d'autres comment sont elles ? celles qui n'ont pas d'amies, comment le vivent elles ?

Demain, j'en parlerai si vous le voulez bien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
ma belle soeur n'en parlait absolument jamais de son cancer et elle était devenue complètement renfermée sur elle même si bien que nous, la famille nous n'osions pas lui en parler par pudeur <br /> je pense que c'est pour ça aussi qu'elle était toujours aussi triste et aussi morose<br /> je ne dis pas qu'il faut en parler sans arrêt car ça peut être mauvais pour le moral aussi mais d'un autre coté, si on en parle on arrive un peu plus à exorciser la peur qui est en nous <br /> enfin ! je pense que c'est ainsi mais bon ! chacun réagit comme il le veut ou plutot comme il le peut <br /> continue de t'exprimer josy - l'écriture est un médicament de l'ame - <br /> biz
Répondre
A
<br /> <br /> Tu as raison Chantal, il faut le juste milieu comme dans tous les domaines.Si on fait comme si, c'est à dire ne pas en parler alors,  il ne faut pas  que toutes les angoisses<br /> renflouées nous rongent et nous bouffent la vie, nous rendent moroses et rendent aussi malheureux notre entourage. Soit que l'on est assez fort pour ne pas laisser du tout paraitre et<br /> continuer de vivre sereinement alors là bravo , mais je crois qu'il y a une période de doute....<br /> Mais, il ne faut pas faire que d'en parler, de vivre dans cet univers de maladie, c'est très mauvais et là aussi c'est néfaste.<br /> C'est pour cela que j'ai écrit, pour me désangoisser, pour ne pas faire part de mes craintes à mes proches ...<br /> Au début de ma maladie, j'ai mis un point d'honneur à toujours paraître bien (en fait je dois être orgueilleuse...) c'est un défi que je m'étais lancée être encore plus coquette qu'avant et j'ai<br /> réussi, puisque souvent on m'a fait cette réflexion que j'avais rajeunie ???<br /> Lorsque mon entourage  me demande comment ça va? ca va... à part le bras sinon ça va ....<br /> C'est aux inconnus lorsque je réponds que j'ai été opérée d'un cancer du sein, j'ai réalisé que ça dérange.... plus ou moins . ALORS VIVE L'ECRITURE <br /> Par contre , mes proches me l'ont dit, mes filles et mon mari, que si  je ne me plaignais pas , j'avais par contre pris l'habitude,  dès que j'apprenais que quelqu'un avait le<br /> cancer, d'en savoir plus..., et eux trouvent que ce n'est pas très bon pour moi ???<br /> <br /> <br /> <br />
C
bonsoir, <br /> Merci de ton com sur mon blog. Il m'a fait très plaisir. Je n'ai pas pu venir sur les blogs les derniers jours, régulièrement, et comme j'aurais voulu, car j'étais très occupée. Une semaine assez mouvementée où je suis rentrée tard à la maison. <br /> Je vais lire tes réponses, mais j'en avais déjà lues. <br /> C'est vrai ce que tu dis dans cet article. Nous avons besoin de dire que l'on a été malade et c'est vrai que la vie est différente après. Tu vois, personnellement, je prends plus de temps pour moi. Je fais pour moi, ce que je faisais pour les autres. J'essaie notamment de me défendre quand je suis attaquée. Je me laisse moins faire..Il faut dire que j'ai rencontré un psy super compétent et très gentil, qui m'a beaucoup aidée et qui m'a redonné le goût de vivre et la joie de vivre.. En plus l'écriture, m'a permis de dépasser beaucoup de choses.. d'y voir plus clair.. Par contre en ce qui concerne la maladie, c'est vrai aussi que j'ai tendance à oublier ce que j'ai vécu.. pas l'oublier vraiment, car je veux écrire un roman sur ce que j'ai vécu avec ma stagiaire... Je sais que les souvenirs reviendront comme si c'était le présent.. Par contre, quand je rencontre quelqu'un qui a été malade, je ne tiens pas le discours que tu dénonces.. et tu as raison de le dénoncer, envers les gens.. <br /> Je te souhaite une bonne soirée et je te comprends.. <br /> clémentine
Répondre
P
Bien-sûr qu'on le veut bien Josy et tu as raison car comparé aux personnes seules qui sont face à la maladie,cela doit être terrible et c'est là qu'on voit que l'entourage,les amis sont essentiels.<br /> Tu sais,tu ne peux pas oublier,c'est en toi et c'est normal que tu sois fragile.Tu as eu un cancer avec tout ce que ça comporte et ça ne peut rester dans un ptit coin de ta tête et que tu fasses semblant d'oublier mais au contraire,il faut en parler et dire que tu as encore des môments difficiles.Tu es un être humain,tu as le droit de craquer,tu as le droit d'en parler,tu as le droit de dire ta souffrance...Tu sais ceux qui en parle pas doivent beaucoup souffrir et c'est bien dommage car comme tu le dis si bien,parfois l'ecriture ou autre chose permet d'évacuer ce trop plein.<br /> Je t'embrasse bien fort.<br /> PAT
Répondre
A
<br /> Merci ma petite Pat de ta compréhension, de ton soutien, quand j'ai lu ces mots j'ai été très touchée de savoir que de nouvelles amies sont là pour me comprendre elles aussi et me soutenir . Mais<br /> je ne parle toujours que de moi et encore moi et toi ? avec tes souffrances du dos , tu ne te plains jamais .<br /> C'est pour cela que j'arrête non pas mon blog, mais ce récit, car je ne suis pas d'une nature à me plaindre, tu comprends pourquoi je l'ai écrit, mais de continuer à en parler n'avancerait à rien .<br /> Je vais peut être devoir le préciser ...<br /> <br /> <br />