La vie est parfois très dure ( histoire vécue°

Publié le par aline27

Il y a quelques jours j'ai abordé le sujet des droits de l'enfant, ceux du tiers monde en particulier.
Mais hélas, il y en a aussi auprès de chez nous .
Je vais vous raconter aujoud'hui une histoire vécue qui me touche de près....

Ils étaient si mignons ...
l'un était très mat, les cheveux noirs ainsi que ses yeux (il tenait de sa mère, bretonne)très grands, plein de confiance , le plus petit (ils avaient deux ans de différence)(6 et 4 ans ) , des yeux bleus magnifiques , rêveurs,   châtain et une peau plus pâle ( son père en quelque sorte)

Que c'était bon de les prendre en vacances, ils étaient heureux aussi, vivant en banlieue parisienne.

Leur oncle et tante étaient à leurs petits soins, ils apprenaient à jardiner , enfin, ils essayaient, ils s'amusaient avec les chèvres , c'était pour eux être au paradis, la campagne leur profitait bien .
C'était la joie autant pour les petits que pour les grands!

Ce furent les plus belles années pour ces petits....

Car peu de temps après, un ou deux ans, l'ambiance n'était plus la même à la maison.
Le couple se disloqua, la mère jamais contente , toujours à humilier son mari, même devant la famille , lui fible supporta quelque temps cet environnement  lui apportant même son petit déjeuner au lit, l'appelant " chérie" , mais cette mise en scène ne dura pas longtemps .
Il avait enduré jusqu'à présent pour les enfants, mais là il n'en pouvait plus, il allait vers une ancienne amie du couple!!! une jeune femme  jolie , divorcée ayant 4 enfants .
Il partit lâchement , sans mettre les choses au point avec sa femme ( le pouvait-il ?) sans expliquer réellement aux enfants ( il y avait même une petite soeur qui était arrivée)

La vie pour ces trois petits changea encore et encore .

Le père était parti, il essaya de voir ses enfants chez une de leur tante , leur donnant la pièce comme on dit, mais rien n'avait été régularisé , aucune procédure engagée, aurait -il pu ? sa femme voulait le récupérer coûte que coûte ....
Versait-il une pension alimentaire ?

Mais les enfants que devenaient-ils? Que pouvaient-il faire ? ils avaient alors 11, 9 et 6 ans .

La mère ne s'occupait plus pratiquement d'eux, elle ne savait que crier la plupart du temps , le père n'était plus, il fallait qu'elle passe ses nerfs comme on dit .

Alors les petits se débrouillaient comme ils pouvaient , côté nourriture, ils allaient souvent voir leur tante qui les ravitallait et quand ils ne la voyaient pas ils se débrouillaient dans les supermarchés , ouvraient les paquets de chips, de biscuits et les mangeaient sur place .

C'était leur nouveau mode de vie .LA DEBROUILLE;

Comme ils étaient livrés à eux mêmes, et habitant dans la banlieue, les fréquentations n'étaient pas toujours très bonnes, mais personne pour les encadrer ....

Un été, elle décida de passer les vacances chez sa mère en Bretagne .
Peut être reviendrait elle plus calme ?
Hélas, elle n'est jamais revenue ...
A la sortie de Rambouillet, elle s'est arrêtée après s'être bien garée et avec son ainé, elle devait aller chercher des sandwichs pour faire la route ....
Ils devaient ....
A peine sortis de la voiture, qu'ils ont été fauchés par un automiliste de 85 ans !!!

Les deux petits étaient restés, ils voyaient se spectacle horrible, la mère et leur frère ainé qui gisaient sur le sol, ensanglantés, ils ne comprenaient rien et étaient complétement figés à regarder ces deux corps allongés sur la route. Ils ne comprenaient rien , ce grand frère qui les protégeait comme il pouvait, que lui était il arrivé ??? plus de maman, pourquoi ? ils avaient été tués sur le coup .même si elle n'était pas toujours gentille, c'était leur maman. PLUS RIEN ...

Et ces deux corps anéantis pour toujours.
Le père prévenu est venu les chercher pour les emmner chez la grand mère maternelle .
L'enterrement eu lieu en Bretagne .

Il laissa ses deux enfants chez la grand mère maternelle au lieu de les reprendre aussitôt , il fallait qu'il s'organise avec sa nouvelle compagne , comment réagirait elle ? Elle passait ses enfants avant tout même en pareille circonstance.

Mais elle savait que si elle n'acceptait, s'en était fini avec leur vie commune .
Le père aimait ses enfants, mais il les aimait mal.
Les deux petits ne trouvèrent pas la chaleur humaine, l'amour réel dans ce nouveau foyer
Ils gênaient, même si on ne leur disait pas franchement, d'autant que la petite fille  alors âgée de 9 ans était devenue obèse avec tous ces boulersements, et ça faisait" tache"dans cette famille où l'esthétique avait un rôle primordial....
On s'occupait d'eux, mais sans plus ;
Alors la débrouille recommença .
P. veilla sur sa petite soeur , mais elle était très difficile à gérer , vus de l'extérieur, tout paraissait normal, mais ces enfants étaient en réelle souffrance .
Le jour de l'enterrement de la grand mère paternelle , ils se confièrent à leur tante bien aimée , qu'ils n'en pouvaient plus ( les parents voulaient même les plaçaient en foyer !!!)particulièrement la fille ...

Alors il fut décidé que les enfants iraient quelque temps chez leur tante .
Ces enfants furent bien entourés chez leur tante qui leur apprit le sens de la vie et qui les choya du mieux qu'elle put ...et leur fit leur éducation ....il était temps

Les années passèrent , ils voulurent revenir en France, leur père leur manquait
Leur tante les laissa faire, mais se doutait que rien n'avait véritablement changé

La vie reprit sa routine , le clos et le couvert était assuré, mais sans plus ; pas de chaleur humaine, pas de protection, ils devaient encore se débrouiller seuls .

Lui P. toujours protecteur et d'une grande bonté , toujours prêt à aider sa soeur
Ils firent leur vie chacun de leur côté, se trouvant une âme soeur  ou presque parce que pour lui , trop doux, trop gentil , ne voulant jamais contrarier, et veillant toujours sur soeur rencontra une jolie jeune femme qui lui donna deux enfants .

Mais comme si la vie passée se reproduisait...

Elle n'était jamais contente et voulait toujours changer de maison.

Il acceptait pour son bonheuir, s'investissait dans les travaux , la déco ...
Mais le pire c'est quand il découvrit qu'elle était alcoolique , elle buvait en cachette et dans de tels moments était insupportable ....

Pour les petites comme il dit, il a déménagé mais reste auprès , pour les petites.

Il aurait tant voulu qu'une belle famille soit là pour ses petites qu'il adore, il a trop souffert de l'absence de son père et du départ de sa mère .

Cet homme qui a maintenant près de 40 ans, je l'aime profondément, c'est mon neveu ...
et je suis admirative pour tout ce qu'il fait .
Comme quoi, pour certains êtres, même si la vie  ne nous a pas épargnés, la bonté reste toujours présente dans les coeurs.

Publié dans nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> La bonté est guidée par l'amour conscient et inconscient.<br /> C'est une histoire émouvante.<br /> clem<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Emouvante et vraie .<br /> <br /> <br />
M
<br /> Merci, Josy, de ton amicale visite sur mon blog. Elle m'a permis de découvrir le tien. Cette histoire est très touchante.<br /> Oui, malgré les épreuves, il arrive que certaines valeurs ou bons côtés de soi résistent, alors que pour certaines personnes, après avoir souffert, ils en sortent amères.<br /> Je te dis, à très bientôt et au plaisir de te lire,<br /> Amicalement,<br /> Marie<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Tu ne pourras que me lire, car pour moi intégrer des photos ou autres, j'avoue que ça me dépasse un peu, je suis une " vieille de 61 ans " il faudra que ma fille ainée m'explique, mais ça viendra<br /> ....<br /> Tu sais ( mais tu as du le constater, j'écris des nouvelles, des histoires vécues... des réflexions spirituelles, car je suis croyante, mais je ne plonge jamais dans la bondieuserie ...<br /> je suis croyante tout simplement, mais ne pratique aucune religion, j'ai cherché pourtant et les institutions humaines ne me conviennent pas ....<br /> A très bientôt . Josy<br /> <br /> Ma maladie, j'essaie de ne pas l'évoquer, ça sert à quoi de se plaindre?<br /> Je fais comme si elle n'existait pas ... et ça me réussit  ( je te précise quand même que je suis les traitements et fais attention....=<br /> <br /> <br />
S
<br /> je découvre ton blog et lu avec effarement cette histoire qui me bouleverse...C'est un mauvais film..Ton neveu doit, autant que faire se peut, tourner la page, essayer de donner un sens à sa vie ,<br /> aux enfants , c'est difficile surtout quand on n'est pas aidé..Mon fils me dit souvent "pourquoi il y'a tant d'injustice dans ce monde " .... que répondre à cela ... Je te souhaite une bonne soirée<br /> et merci d'être passée sur mon blog ! sandys<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> merci à toi aussi d'être venue me lire.<br /> Oui mon neveu se reconstruit, même si vraiment rien ne lui a été épargné .<br /> Son seul but, ce sont ses filles , c'est un papa super . Moi je suis pleine d'admiration envers lui ....<br /> Le seul point noir, c'est qu'il habite à Montpellier et nous en Normandie ....<br /> Alors, je pense que bien souvent il prend tout sur lui, il encaisse , il encaisse, il est très réservé... vivement les prochaines vacances....<br /> Bien amicalement . Josy<br /> <br /> <br />
R
<br /> Il y en a que la vie n'épargne décidément pas... j'en ai connu aussi des comme ça, qui restent "purs" malgré les malheurs qui les talonnent<br /> Très émouvant ce texte...<br /> Bonne soirée à toi<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> merci d'être venue sur mon blog.<br /> c'est une partie de ma vie , même si ce n'est qu'un neveu quii lorsque j'y pense, me rend très triste mais en même temps pleine d'admiration envers Philippe ...<br /> Mais aussi de culpabilité , pourquoi n'avons nous rien vu?<br /> Je t'embrasse. Josy<br /> <br /> <br />
C
<br /> combien d'enfants comme ceux-ci souffrent en silence sans aide et sans amour ? beaucoup trop -<br /> tu connais mon amour pour les enfants et ce genre d'histoire me déchire le coeur -<br /> espèrons que la deuxième partie de sa vie soit plus heureuse car le pauvre ainsi que sa soeur ont déjà beaucoup donné en souffrance -<br /> bisou josy<br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> oui je suis comme toi , j'aime beaucoup les enfant et hélas que peut on faire ?<br /> Pour mes neveu et nièce, ce qui s' est passéavant le drame,  on n'était au courant de rien, car le frère de mon mari avait subitement cessé de nous fréquenter et la vie passe.... et<br /> on est impuissant  .... ON a essayé de faire de notre mieux après, mais je regrette qu'avant on n'ait rien vu ...<br /> PS: Chaty, je suis ennuyée car je n'arrive pas à aller sur ton site et ça me manque , j'ai écrit à Pat qui m'a indiqué les coordonnées, mais rien à faire . J'aime beaucoup cependant correspondre<br /> avec toi .<br /> Je te fais de gros bisous et j'espère que Janine se remet tout doucement .<br /> <br /> <br />